Archipolis en pratique… reportage au CEVIPOF (2)

Emilie Fromont - Archives du Cevipof (Membre du consortium d'Archipolis)
Emilie Fromont – Archives du Cevipof (Membre du consortium Archipolis)

Émilie Fromont a accepté de nous parler de son contrat de 3 mois passés au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po, pour mettre en œuvre les procédures Archipolis. Nous insisterons donc ici sur la chaine de traitement qui permet de sauvegarder les documents traités dans ce cadre.
Émilie a, lors de son cursus, suivi un master en histoire contemporaine et rédigé un mémoire sur les mobilisations de soutien à Solidarność en France dans les années 80. Elle obtient ensuite un master en archivistique à l’Université de Saint-Quentin-en-Yvelines en 2015.
Sa mission au CEVIPOF est d’appliquer les procédures et d’utiliser les outils définis en commun par les équipes membres du consortium Archipolis.
Ce centre compte aujourd’hui une trentaine de chercheurs et une solide tradition d’enquêtes autour des institutions politiques et des comportements électoraux. Il est structuré en conséquence, avec un important centre de documentation dirigé par Odile Gaultier-Voituriez, plus de 300 mètres linéaires d’archives, un souci de pérennisation des enquêtes et des méthodes de classement. Émilie a donc à sa disposition lorsqu’elle débute sa mission un inventaire exhaustif des travaux menés au CEVIPOF, et des documents conservés dans des conditions correctes d’hygrométrie et de température dans les locaux (Émilie sera d’ailleurs amenée à intervenir pour optimiser ces paramètres). Odile Gaultier-Voituriez a, depuis 2008, rencontré certains chercheurs pour obtenir un minimum de renseignements nécessaires pour décrire les archives des entretiens qualitatifs.
La première étape du travail d’Émilie sera donc l’état des lieux, le contrôle et la mise à jour de l’inventaire établi sur une feuille Excel, avec un premier examen rapide de tous les cartons de formats variés contenant des documents d’enquête. Il faut noter ici la prédominance d’entretiens retranscrits. Cette étape est importante pour prendre la mesure du fonds disponible et se familiariser avec les thématiques et méthodes utilisées par les chercheurs. Concernant l’importance du fonds, on peut estimer à une trentaine le nombre d’enquêtes qui seront traitées grâce à la méthode Archipolis.
Seconde étape, le traitement et le classement. Chaque carton est ouvert, nettoyé de tous les éléments dangereux (élastiques, trombones, agrafes en métal, chemises en plastique, étiquettes, etc.) et remplacé par un contenant adapté : carton Cauchard, chemises en papier neutre, trombones plastiques… L’examen permet de déterminer la logique du classement établi par le chercheur, qui est conservée dans la mesure du possible. A noter qu’un plan de classement Archipolis modèle peut aussi être appliqué si cela s’avère nécessaire. Émilie ajoute à chaque enquête un nouvel élément : une fiche de présentation de l’enquête renseignant 15 métadonnées, permettant de l’identifier et de la contextualiser. Les cartons et dossiers font ensuite l’objet d’une cotation pour permettre leur repérage sous les formes numérique et physique.
Troisième étape : la description. Le CEVIPOF a décidé il y a plusieurs années de produire des instruments de recherche pour les fonds qu’il conserve. Dans le cadre d’Archipolis, ce principe archivistique est repris. Chaque enquête est décrite selon la norme générale et internationale de description archivistique (ISAD(G)). Il s’agit d’un inventaire décrivant le fonds, organisé par chercheur ayant déposé des  enquêtes. On y indique le titre de l’enquête, les dates extrêmes et la bibliographie scientifique produite à partir des entretiens. Depuis peu, un outil de gestion commun à plusieurs centres de recherche dont le CEVIPOF et la Mission Archives de Sciences Po, le logiciel d’archives Ligeo, permet de les traiter en lieu et place d’un traitement de texte. Cet instrument de recherche est aussi édité pour être présenté comme le « répertoire numérique détaillé des enquêtes qualitatives des chercheurs du CEVIPOF ». Il s’agit donc d’un produit qui entre dans le cadre de la quatrième étape du processus : la valorisation.
Dernière étape : la valorisation. Le consortium Archipolis développe un catalogue en ligne des métadonnées servant à la description de chaque enquête. Le niveau de détail est ici supérieur aux documents jusque-là produits dans la chaîne de traitement. L’application Dataverse permet en effet d’exposer une trentaine de métadonnées, dont certaines sont très descriptives : résumé de l’enquête, type d’échantillon enquêté, nom des enquêteurs de terrain, sources de financement, bibliographie exhaustive, etc. Émilie a participé à la sélection des métadonnées pertinentes pour un usage en science politique et en  sociologie et saisi quelques enquêtes pour tester l’application, qui sera mise en service à l’automne 2016. L’inventaire Excel réalisé dans le laboratoire contenait toutes ces informations en prévision du Dataverse.
Pour conclure ce descriptif de la chaîne de traitement Archipolis, il faut ajouter quelques difficultés ou problèmes qui devront être abordés par les membres du consortium dans les prochains mois. On pense aux règles, guides et techniques d’anonymisation des documents, au traitement de données numériques issues de disquettes informatiques ou de supports obsolètes (dans ce cas, le CEVIPOF a prévu un disque dur externe où sont nommés et classés les fichiers récupérés), la conservation des cassettes audio (non écoutées ni numérisées à ce stade, mais conservées en boîtes Cauchard).
Finalement, c’est une expérience formatrice pour Émilie qui fait actuellement profiter de son expérience un autre laboratoire de Sciences Po, le Centre d’études européennes (CEE), dans lequel elle devra rencontrer et questionner les chercheurs. Le fait que plusieurs enquêtes du CEVIPOF aient déjà été retenues par la banque beQuali qui met à disposition en ligne les meilleures enquêtes pour réanalyse est aussi une source de motivation et montre bien l’intérêt de la démarche entreprise par les membres d’Archipolis.

Choisir son école…

La banque d’enquête qualitatives en sciences sociale beQuali vient de mettre à disposition des chercheurs une nouvelle enquête, dirigée par la sociologue et Directrice de recherche CNRS Agnès van Zanten.

Menée entre 1999 et 2005 (pour le travail de terrain)  à l’Observatoire sociologique du changement, elle comprend plusieurs volets et plusieurs sources de financement, ce qui a un peu complexifié la procédure d’archivage, de numérisation et de recueil des données contextuelles.  Ce sont au final 150 entretiens semi-directifs qui sont proposés à la réanalyse, conduits principalement auprès de parents d’élèves des communes de Nanterre, Rueil Malmaison, Montreuil et Vincennes.

L’ouvrage paru en 2009 « Choisir son école » (Puf) rend compte de la démarche entreprise par Agnès van Zanten avec l’aide de plusieurs chercheurs associés (lire ici la recension).

Il est à noter qu’au delà des entretiens, d’autres matériaux ont été numérisés et sont disponibles, dont des notes d’observation ou des documents d’analyse manuscrits rendant précisément compte de la démarche suivie par Agnès van Zanten.

Un résumé, sous forme de métadonnées est disponible ici.

Une enquête sur l’enquête de 50 p., menée par Guillaume Garcia (CDSP) permet de resituer la démarche, les questions de recherche et les accroches théoriques mobilisées. Des extraits audio sont aussi proposés à l’écoute.

Une demande d’accès peut être formulée en suivant ce lien.

Schéma de l'étude - Réalisation Bernard Corminboeuf (OSC)
Schéma de l’étude – Réalisation Bernard Corminboeuf (OSC)

Appel à propositions beQuali 2016

bequaliVous avez mené des enquêtes qualitatives en Sciences Humaines et Sociales (entretiens sociologiques ou en science politique par ex.) ? Vous êtes responsable d’un fonds documentaire dans une équipe de recherche et désespérez de voir ces dossiers dormir sur une étagère ?

Vous avez jusqu’au 18 septembre 2016 pour candidater auprès de la banque d’enquêtes beQuali. Ce dispositif se donne pour mission de numériser les enquêtes qualitatives pour les diffuser en ligne à un public autorisé (sur demande motivée) et ainsi d’encourager la réanalyse.  Ces documents peuvent aussi servir de supports pédagogiques. Ces enquêtes font l’objet d’un rapport de contextualisation très précis permettant de bien comprendre les conditions de production des données, ainsi le travail des principaux investigateurs (voir cet exemple).

Le traitement comprend un inventaire détaillé puis la numérisation de tous les documents, leur classement et rangement en boites d’archives selon un plan de classement (la destination probable des documents papiers sera le service d’archives de l’institution), la collecte et l’exposition de métadonnées (voir cet exemple), l’archivage des fichiers sur serveur pérenne pour la mise en ligne des enquêtes. Vous serez accompagnés pour les questions de droits de propriété intellectuelle.

La F.A.Q. du site beQuali répond aux questions relatives aux conditions d’accès.

Archiver la recherche : responsabilités partagées

L’ AAF Association des archivistes français, Section AURORE, archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et (mouvements) étudiants organisent une journée d’étude à Montpellier le jeudi 23 juin 2016.

Archiver la recherche : Responsabilités partagées

Principales sessions :

  • Les acteurs et leurs rôles ?
    – Archives (des) sciences humaines : trois mots clefs pour engager les responsabilités. Laure CARBONNEL – docteure en anthropologie de l’université Paris Ouest, et ingénieure de recherche contractuelle dans le labex « Les passés dans le présent ».
    – L’archive au Muséum national d’histoire naturelle : un réseau d’acteurs au service de la recherche. Joëlle GARCIA – archiviste paléographe, conservatrice en chef des bibliothèques, responsable des collections patrimoniales à la Direction des bibliothèques et de la documentation du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) ; Pauline SAUSSEREAU – archiviste à la Direction des bibliothèques et de la documentation du MNHN ; Julie RANDRIAMBAO – archiviste à la Direction des bibliothèques et de la documentation du MNHN.
  • Quelles responsabilités ?
    – Les images des géographes : appropriation et restitution. Caroline ABELA – ingénieure CNRS, responsable du Centre d’Information Scientifique et Technique de l’UMR PASSAGES, coordinatrice du consortium ImaGEO « Images des géographes ».
    – L’intervention des juristes dans la constitution, la valorisation et la consultation des archives de la recherche : un soutien constant.
    Sylvain FOISSEY – chargé d’affaires juridiques au sein de la Direction des affaires générales et juridiques (DAGJ) de l’université Paris Diderot.
  • Quels objets pour quelles responsabilités ?
    – Les archives du BRGM en transition. Myriam BESNARD – responsable de la mission centrale des archives du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) ; Grégory DELOBELLE – chef de projet SI au sein du BRGM.
    – Préservation des blogues scientifiques. Aïda CHEBBI – enseignante à l’Institut supérieur de documentation de Tunis, Université de la Manouba, Tunisie.
  • Les moyens et leur mise en oeuvre ?
    – L’archivage de la recherche: un enjeu vital pour le ministère de la Défense. Christophe LAFAYE – docteur en histoire de l’université d’Aix-Marseille, chercheur associé au laboratoire CHERPA de Sciences Po Aix.
    – Axes de transfert des connaissances en matière de gestion du cycle de vie des données de la recherche en Suisse dans le cadre du projet DLCM. Basma MAKHLOUF SHABOU – professeure d’archivistique à la Haute école de gestion de Genève dans la filière Information documentaire ; Lydie ECHERNIER – collaboratrice spécialisée de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, sur le projet Data Life-Cycle Management (DLCM).

Plusieurs espaces de discussion sont intégrés tout au long de la journée.

Téléchargez le programme complet de la journée

Attention, l’inscription est obligatoire.

Des femmes en politique…

 Assemblée nationale, hémicycle. (Photo Sunala CC BY-SA)

La banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales  beQuali enrichit son catalogue :

L’enquête menée par Mariette Sineau en 1984 et 1985 au Cevipof porte sur les représentations des femmes en politique. Réalisée sur la base d’entretiens semi-directifs (au nombre de 41) auprès de femmes sénatrices, de parlementaires, responsables de partis politiques ou de maires de grandes villes,  elle apporte beaucoup d’éléments sur la représentation sexuée des responsabilités publiques et  la division du travail dans le monde politique.

Rappelons que beQuali permet aux chercheurs d’effectuer une réanalyse des données d’enquête, ou l’enseignement des méthodes  en leur offrant la possibilité de télécharger tous les documents archivés de l’enquête.

Retour sur la journée inter-consortiums

journée inter-consotiums Huma-Num
Journée inter-consortiums Huma-Num 1er février 2016

Les archives numériques de la recherche ont servi de thème principal à la journée inter-consortiums du 1er février dernier à Paris, à l’invitation d’Archipolis. La matinée était consacrée à la présentation des activités des consortiums ArcMc, Archipolis, Archives des ethnologues, Imageo, Ircom, Musica, 3D et Cahier. L’après-midi, 4 ateliers étaient organisés, autour des problèmes éthiques et juridiques, des référentiels communs et de l’interopérabilité, de l’archivage pérenne et des portails de publication / valorisation.  L’occasion de mieux apprécier l’énorme travail engagé et de se retrouver autour de problématiques communes.

L’occasion était trop belle d’aborder les relations entre consortiums et celles avec d’autres structures, notamment européennes (la Dariah par ex.).  Les représentants d’Huma-Num présents se félicitaient de la dynamique suscitée par chaque consortium dans leurs communautés scientifique, objectif premier qui passe par la remise de « livrables ». La vocation des consortiums est en effet de travailler pour la communauté, d’être le lieu de réflexion, d’expérimentation, de définitions de bonnes pratiques.  Des intérêts et pratiques communs peuvent se retrouver entre deux ou plusieurs consortiums (des types de contractualisation, des formulaires de consentement, des conventions de dépôts…) : s’unir pour défendre les intérêts de la recherche auprès de grands organismes y compris légiférant présente un intérêt certain. On pense ici par ex. aux questions de propriété intellectuelle ou de protection des données personnelles.

Il ressort des ateliers que les niveaux de maîtrise du domaine de archivage sont très différents d’une communauté à l’autre. Il serait possible de faire bénéficier tous les membres des consortiums des meilleures expertises, par les spécialistes les plus rompus à ces pratiques. Il y a ici des besoins en référentiels à combler, une meilleure connaissance des outils et normes disponibles à acquérir.

 La question de l’archivage pérenne est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Le rôle du Cines est ainsi détaillé. Il n’est qu’une étape vers le réseau des archives publiques. L’archive scientifique n’est intéressante que si elle est accessible, documentée (par le chercheur si possible), valorisable, réutilisable. Ce ne sont pas seulement le stockage et l’accessibilité qui sont en cause, mais aussi l’intelligibilité. On pense ici à la lecture de donnée sur des supports hier courants mais aujourd’hui obsolètes. C’est l’information qu’il faut préserver, et si possible en plusieurs endroits et sous couvert de procédure de contrôle, de qualité.

Des actions de formation et de sensibilisation communes auprès des chercheurs, des écoles doctorales, via des réseaux constitués comme les MSH sont évoquées, comme la possibilité de construire une plateforme commune pour donne plus de visibilité aux outils et guides produits.

C’est en octobre 2016 que se tiendra sur plusieurs jours une nouvelle rencontre inter-consortiums, à l’initiative d’Huma-Num.

Compte-rendu rapide de la journée (15 p.)

Les méthodes Archipolis appliquées… au CEVIPOF

Odile Gaultier-Voituriez, centre de documentation du CEVIPOF
Odile Gaultier-Voituriez, responsable du centre de documentation du CEVIPOF devant la dernière enquête rangée en boites Cauchard

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) a été créé en 1960 par Jean Touchard sous le nom de Centre d’études de la vie politique française. Il est rattaché à Sciences Po mais également au CNRS depuis 1968 (UMR 7048). Ses travaux portent sur la science politique et la sociologie politique, en particulier les partis politiques, le comportement électoral et la pensée politique. Dans ce cadre, nombre de chercheurs ont été amenés à effectuer des enquêtes et des entretiens de recherche dans le cadre de projets.

Depuis une dizaine d’années, les archives papier et numériques issues de ces enquêtes ont été repérées dans les archives du laboratoire et dans les bureaux des chercheurs et inventoriées, en interne puis dans le cadre du consortium Archives des sciences sociales du politique (Archipolis). Plus de 75 enquêtes sont identifiées. Elles couvrent l’ensemble des années 1960 aux années 2000, soit un demi-siècle, et ont en commun l’objet politique. Elles portent aussi bien sur la politique au sens large – le rapport gauche-droite (Janine Mossuz-Lavau et Étienne Schweisguth, le socialisme (François Subileau, Henri Rey) – que sur des sujets plus précis : l’argent (Janine Mossuz-Lavau), le militantisme (Françoise Subileau, Martine Barthélemy), les jeunes et la politique (Anne Muxel), la CGT (Guy Groux), l’identité masculine (Pascal Perrineau), la gouvernance régionale (Elisabeth Dupoirier), le catholicisme (Jean-Marie Donegani), les parents d’élèves (Martine Barthélemy), les sous-officiers (Françoise Subileau, Étienne Schweisguth, Mariette Sineau), la sexualité (Janine Mossuz-Lavau), l’engagement (Martine Barthélemy), les télécommunications (Thierry Vedel) ou le Grenelle de l’environnement (Daniel Boy). Les documents conservés varient des seuls entretiens, sous forme de notes, de transcriptions – papier ou numériques – ou d’enregistrements audios, à l’ensemble du dossier contenant le projet et le contrat de recherche, les notes préparatoires, la documentation et les publications. Les entretiens sont la plupart du temps semi-directifs. Un travail est en cours pour aboutir à un classement et un inventaire plus fins.
Certaines enquêtes ont pu être numérisées et mises à disposition via la banque d’enquêtes BeQuali. Il s’agit de celle de Jean-Marie Donegani, Guy Michelat et Michel Simon sur « la représentation du champ social, attitudes politiques et changements socio-économiques »  (1977-1981) qui a donné lieu à un rapport pour le Comité d’organisation des recherches appliquées sur le développement économique et social (CORDES). L’enquête d’Étienne Schweisguth sur les Français et la politique (1982-1988) est aussi disponible sur BeQuali. Les entretiens de Mariette Sineau portant sur les femmes en politique dans les années 80 seront bientôt mis en ligne.

Odile Gaultier-Voituriez
3 Mars 2016

Les archives numériques de la recherche (1er février)

La journée d’échange inter-consortiums d’Huma-Num du 1er février 2016 a pour thématique les archives numériques de la recherche. Plusieurs présentations sont proposées par les représentants des différents consortiums en matinée, permettant d’apprécier leur organisation, le type de données traitées, les difficultés rencontrées et l’impact de leurs actions sur la communauté scientifique.

4 ateliers sont organisés l’après-midi :

  • Problèmes éthiques et juridiques
  • Référentiels communs et interopérabilité
  • Archivage pérenne
  • Portails de publication et valorisation

Le programme complet de la journée et le plan d’accès sont téléchargeables ici.

Consortiums participants :

Cette journée se déroule à Paris, 84 rue de Grenelle (7e) de 10h à 17h.

logo-petit-hn-rvb

Edition & Corpus numériques

L’Institut des Textes et Manuscrits Modernes propose la 3ème saison de son séminaire technique Éditions et Corpus Numériques.

Il réunit une vingtaine de participants pour aborder « des méthodologies, des problèmes techniques, des réflexions sur les usages actuels et futurs ».

6 séances sont proposées, sur le site Pouchet (Paris 7e).

  • Mardi 5 janvier 2016
    Le projet e-Man, « Une plate-forme d’édition de manuscrits modernes » avec FATIHA IDMHAND (ITEM)
  • Mardi 2 février 2016
    Telemeta, « Un projet web pour les archives sonores de la recherche » avec JOSEPHINE SIMONNOT (CREM, Nanterre)
  • Mardi 1er mars 2016
    Odsas, « Une plate-forme d’archivage, d’annotation et de transcription pour les ressources numériques
    en SHS » avec JUDITH HANNOUN (CREDO, Marseille)
  • Mardi 19 avril 2016
    OpenEdition books, « Une plate-forme et diffuseur de collections électroniques pour les SHS » avec BASTIEN MIRAUCOURT (Cléo, Marseille)
  • Mardi 3 mai 2016
    La plateforme TXM, « Une plate-forme d’analyse et d’édition de corpus textuels », ALEXEY LAVRENTEV (ENS Lyon)
  • Mardi 7 juin 2016
    La mort des Humanités numériques ?, avec THOMAS LEBARBE (Université de Grenoble)

Accès sur inscription. Visitez la page sur le site de l’ITEM.

 

Appel à communication Archiver la recherche : responsabilités partagées

aaf_300La section Aurore de l’Association des archivistes français organise une journée d’étude à l’Université de Montpellier, le jeudi 23 juin 2016. L’objectif de la journée « est de s’interroger sur le rôle de chacun dans la collecte, la conservation et la valorisation des archives de la  recherche ».

Quels acteurs et leurs rôles ? - Quelles responsabilités ? Quels moyens mis en oeuvre ?

Date limite : 31 janvier 2016.

Téléchargez l’appel à communication

logo_universite_de_montpellier