Retour sur la journée inter-consortiums

journée inter-consotiums Huma-Num
Journée inter-consortiums Huma-Num 1er février 2016

Les archives numériques de la recherche ont servi de thème principal à la journée inter-consortiums du 1er février dernier à Paris, à l’invitation d’Archipolis. La matinée était consacrée à la présentation des activités des consortiums ArcMc, Archipolis, Archives des ethnologues, Imageo, Ircom, Musica, 3D et Cahier. L’après-midi, 4 ateliers étaient organisés, autour des problèmes éthiques et juridiques, des référentiels communs et de l’interopérabilité, de l’archivage pérenne et des portails de publication / valorisation.  L’occasion de mieux apprécier l’énorme travail engagé et de se retrouver autour de problématiques communes.

L’occasion était trop belle d’aborder les relations entre consortiums et celles avec d’autres structures, notamment européennes (la Dariah par ex.).  Les représentants d’Huma-Num présents se félicitaient de la dynamique suscitée par chaque consortium dans leurs communautés scientifique, objectif premier qui passe par la remise de « livrables ». La vocation des consortiums est en effet de travailler pour la communauté, d’être le lieu de réflexion, d’expérimentation, de définitions de bonnes pratiques.  Des intérêts et pratiques communs peuvent se retrouver entre deux ou plusieurs consortiums (des types de contractualisation, des formulaires de consentement, des conventions de dépôts…) : s’unir pour défendre les intérêts de la recherche auprès de grands organismes y compris légiférant présente un intérêt certain. On pense ici par ex. aux questions de propriété intellectuelle ou de protection des données personnelles.

Il ressort des ateliers que les niveaux de maîtrise du domaine de archivage sont très différents d’une communauté à l’autre. Il serait possible de faire bénéficier tous les membres des consortiums des meilleures expertises, par les spécialistes les plus rompus à ces pratiques. Il y a ici des besoins en référentiels à combler, une meilleure connaissance des outils et normes disponibles à acquérir.

 La question de l’archivage pérenne est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Le rôle du Cines est ainsi détaillé. Il n’est qu’une étape vers le réseau des archives publiques. L’archive scientifique n’est intéressante que si elle est accessible, documentée (par le chercheur si possible), valorisable, réutilisable. Ce ne sont pas seulement le stockage et l’accessibilité qui sont en cause, mais aussi l’intelligibilité. On pense ici à la lecture de donnée sur des supports hier courants mais aujourd’hui obsolètes. C’est l’information qu’il faut préserver, et si possible en plusieurs endroits et sous couvert de procédure de contrôle, de qualité.

Des actions de formation et de sensibilisation communes auprès des chercheurs, des écoles doctorales, via des réseaux constitués comme les MSH sont évoquées, comme la possibilité de construire une plateforme commune pour donne plus de visibilité aux outils et guides produits.

C’est en octobre 2016 que se tiendra sur plusieurs jours une nouvelle rencontre inter-consortiums, à l’initiative d’Huma-Num.

Compte-rendu rapide de la journée (15 p.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *