Les méthodes Archipolis appliquées… au CEVIPOF

Odile Gaultier-Voituriez, centre de documentation du CEVIPOF
Odile Gaultier-Voituriez, responsable du centre de documentation du CEVIPOF devant la dernière enquête rangée en boites Cauchard

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) a été créé en 1960 par Jean Touchard sous le nom de Centre d’études de la vie politique française. Il est rattaché à Sciences Po mais également au CNRS depuis 1968 (UMR 7048). Ses travaux portent sur la science politique et la sociologie politique, en particulier les partis politiques, le comportement électoral et la pensée politique. Dans ce cadre, nombre de chercheurs ont été amenés à effectuer des enquêtes et des entretiens de recherche dans le cadre de projets.

Depuis une dizaine d’années, les archives papier et numériques issues de ces enquêtes ont été repérées dans les archives du laboratoire et dans les bureaux des chercheurs et inventoriées, en interne puis dans le cadre du consortium Archives des sciences sociales du politique (Archipolis). Plus de 75 enquêtes sont identifiées. Elles couvrent l’ensemble des années 1960 aux années 2000, soit un demi-siècle, et ont en commun l’objet politique. Elles portent aussi bien sur la politique au sens large – le rapport gauche-droite (Janine Mossuz-Lavau et Étienne Schweisguth, le socialisme (François Subileau, Henri Rey) – que sur des sujets plus précis : l’argent (Janine Mossuz-Lavau), le militantisme (Françoise Subileau, Martine Barthélemy), les jeunes et la politique (Anne Muxel), la CGT (Guy Groux), l’identité masculine (Pascal Perrineau), la gouvernance régionale (Elisabeth Dupoirier), le catholicisme (Jean-Marie Donegani), les parents d’élèves (Martine Barthélemy), les sous-officiers (Françoise Subileau, Étienne Schweisguth, Mariette Sineau), la sexualité (Janine Mossuz-Lavau), l’engagement (Martine Barthélemy), les télécommunications (Thierry Vedel) ou le Grenelle de l’environnement (Daniel Boy). Les documents conservés varient des seuls entretiens, sous forme de notes, de transcriptions – papier ou numériques – ou d’enregistrements audios, à l’ensemble du dossier contenant le projet et le contrat de recherche, les notes préparatoires, la documentation et les publications. Les entretiens sont la plupart du temps semi-directifs. Un travail est en cours pour aboutir à un classement et un inventaire plus fins.
Certaines enquêtes ont pu être numérisées et mises à disposition via la banque d’enquêtes BeQuali. Il s’agit de celle de Jean-Marie Donegani, Guy Michelat et Michel Simon sur « la représentation du champ social, attitudes politiques et changements socio-économiques »  (1977-1981) qui a donné lieu à un rapport pour le Comité d’organisation des recherches appliquées sur le développement économique et social (CORDES). L’enquête d’Étienne Schweisguth sur les Français et la politique (1982-1988) est aussi disponible sur BeQuali. Les entretiens de Mariette Sineau portant sur les femmes en politique dans les années 80 seront bientôt mis en ligne.

Odile Gaultier-Voituriez
3 Mars 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *