Les méthodes Archipolis appliquées… au CEVIPOF

Odile Gaultier-Voituriez, centre de documentation du CEVIPOF
Odile Gaultier-Voituriez, responsable du centre de documentation du CEVIPOF devant la dernière enquête rangée en boites Cauchard

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) a été créé en 1960 par Jean Touchard sous le nom de Centre d’études de la vie politique française. Il est rattaché à Sciences Po mais également au CNRS depuis 1968 (UMR 7048). Ses travaux portent sur la science politique et la sociologie politique, en particulier les partis politiques, le comportement électoral et la pensée politique. Dans ce cadre, nombre de chercheurs ont été amenés à effectuer des enquêtes et des entretiens de recherche dans le cadre de projets.

Depuis une dizaine d’années, les archives papier et numériques issues de ces enquêtes ont été repérées dans les archives du laboratoire et dans les bureaux des chercheurs et inventoriées, en interne puis dans le cadre du consortium Archives des sciences sociales du politique (Archipolis). Plus de 75 enquêtes sont identifiées. Elles couvrent l’ensemble des années 1960 aux années 2000, soit un demi-siècle, et ont en commun l’objet politique. Elles portent aussi bien sur la politique au sens large – le rapport gauche-droite (Janine Mossuz-Lavau et Étienne Schweisguth, le socialisme (François Subileau, Henri Rey) – que sur des sujets plus précis : l’argent (Janine Mossuz-Lavau), le militantisme (Françoise Subileau, Martine Barthélemy), les jeunes et la politique (Anne Muxel), la CGT (Guy Groux), l’identité masculine (Pascal Perrineau), la gouvernance régionale (Elisabeth Dupoirier), le catholicisme (Jean-Marie Donegani), les parents d’élèves (Martine Barthélemy), les sous-officiers (Françoise Subileau, Étienne Schweisguth, Mariette Sineau), la sexualité (Janine Mossuz-Lavau), l’engagement (Martine Barthélemy), les télécommunications (Thierry Vedel) ou le Grenelle de l’environnement (Daniel Boy). Les documents conservés varient des seuls entretiens, sous forme de notes, de transcriptions – papier ou numériques – ou d’enregistrements audios, à l’ensemble du dossier contenant le projet et le contrat de recherche, les notes préparatoires, la documentation et les publications. Les entretiens sont la plupart du temps semi-directifs. Un travail est en cours pour aboutir à un classement et un inventaire plus fins.
Certaines enquêtes ont pu être numérisées et mises à disposition via la banque d’enquêtes BeQuali. Il s’agit de celle de Jean-Marie Donegani, Guy Michelat et Michel Simon sur « la représentation du champ social, attitudes politiques et changements socio-économiques »  (1977-1981) qui a donné lieu à un rapport pour le Comité d’organisation des recherches appliquées sur le développement économique et social (CORDES). L’enquête d’Étienne Schweisguth sur les Français et la politique (1982-1988) est aussi disponible sur BeQuali. Les entretiens de Mariette Sineau portant sur les femmes en politique dans les années 80 seront bientôt mis en ligne.

Odile Gaultier-Voituriez
3 Mars 2016

Les archives numériques de la recherche (1er février)

La journée d’échange inter-consortiums d’Huma-Num du 1er février 2016 a pour thématique les archives numériques de la recherche. Plusieurs présentations sont proposées par les représentants des différents consortiums en matinée, permettant d’apprécier leur organisation, le type de données traitées, les difficultés rencontrées et l’impact de leurs actions sur la communauté scientifique.

4 ateliers sont organisés l’après-midi :

  • Problèmes éthiques et juridiques
  • Référentiels communs et interopérabilité
  • Archivage pérenne
  • Portails de publication et valorisation

Le programme complet de la journée et le plan d’accès sont téléchargeables ici.

Consortiums participants :

Cette journée se déroule à Paris, 84 rue de Grenelle (7e) de 10h à 17h.

logo-petit-hn-rvb

Edition & Corpus numériques

L’Institut des Textes et Manuscrits Modernes propose la 3ème saison de son séminaire technique Éditions et Corpus Numériques.

Il réunit une vingtaine de participants pour aborder « des méthodologies, des problèmes techniques, des réflexions sur les usages actuels et futurs ».

6 séances sont proposées, sur le site Pouchet (Paris 7e).

  • Mardi 5 janvier 2016
    Le projet e-Man, « Une plate-forme d’édition de manuscrits modernes » avec FATIHA IDMHAND (ITEM)
  • Mardi 2 février 2016
    Telemeta, « Un projet web pour les archives sonores de la recherche » avec JOSEPHINE SIMONNOT (CREM, Nanterre)
  • Mardi 1er mars 2016
    Odsas, « Une plate-forme d’archivage, d’annotation et de transcription pour les ressources numériques
    en SHS » avec JUDITH HANNOUN (CREDO, Marseille)
  • Mardi 19 avril 2016
    OpenEdition books, « Une plate-forme et diffuseur de collections électroniques pour les SHS » avec BASTIEN MIRAUCOURT (Cléo, Marseille)
  • Mardi 3 mai 2016
    La plateforme TXM, « Une plate-forme d’analyse et d’édition de corpus textuels », ALEXEY LAVRENTEV (ENS Lyon)
  • Mardi 7 juin 2016
    La mort des Humanités numériques ?, avec THOMAS LEBARBE (Université de Grenoble)

Accès sur inscription. Visitez la page sur le site de l’ITEM.

 

Appel à communication Archiver la recherche : responsabilités partagées

aaf_300La section Aurore de l’Association des archivistes français organise une journée d’étude à l’Université de Montpellier, le jeudi 23 juin 2016. L’objectif de la journée « est de s’interroger sur le rôle de chacun dans la collecte, la conservation et la valorisation des archives de la  recherche ».

Quels acteurs et leurs rôles ? - Quelles responsabilités ? Quels moyens mis en oeuvre ?

Date limite : 31 janvier 2016.

Téléchargez l’appel à communication

logo_universite_de_montpellier

La banque d’enquêtes qualitatives beQuali s’enrichit

Représentation du champs social, attitudes politiques et changements socio-économiques  donegani_michelat_simon Cette enquête, réalisée en 1978 sous la direction de Jean-Marie Donégani, Guy Michelat et Michel Simon (Cevipof, Institut de sociologie de Lille 1) dans plusieurs régions, s’intéressait aux choix électoraux à la veille du scrutin législatif. Elle vient d’intégrer la banque beQuali et à ce titre peut être mise à disposition des chercheurs.   bequaliOn peut sur le portail beQuali trouver, en libre accès, les éléments suivants  :

♦ un descriptif synthétique permettant de rapidement apprécier l’étendue et la qualité du corpus, constitué d’entretiens, et de divers documents analytiques et préparatoires,
♦ un inventaire détaillé des pièces, au format Excel,
♦ une « enquête sur l’enquête », réalisée ici par Karim Souanef, permettant de resituer le travail scientifique dans son contexte et de présenter les différentes productions scientifiques qui en sont issues (auteurs, commanditaires, études préalables, méthodologie, référentiels – ancrages théoriques, publications associées, etc.) .

Actuellement, au 17 novembre 2015, beQuali propose également les enquêtes suivantes :

  • Quand des Français, des Anglais et des Belges (francophones) parlent d’Europe [2006-2012]
  • Les Français et la politique [1982-1988]
  • Le Parlement français et l’Union Européenne (1993-2005) : l’Europe saisie par les rôles parlementaires [1999-2005]

Rappelons enfin que la communication des pièces se fait sur demande et dans le cadre d’un contrat d’utilisation.

Archiver les enquêtes qualitatives : cas concrets (1)

Nous avons rencontré Céline Julliard, récemment recrutée par le laboratoire PACTE (UMR 5194) pour une durée de 3 mois.

celine_juliardIntitulé de son poste : archiviste, pour intervenir dans le cadre du Consortium Archipolis.

Elle vient renforcer les personnels en place (chercheurs en science politique, ingénieurs, documentalistes), en se consacrant à plein temps aux tâches qui lui seront confiées. Une manière de faire avancer significativement et rapidement les choses…

Quelle est ta formation, quel cursus as-tu suivi ?
On peut dire que j’ai un eu un parcours plutôt atypique pour une archiviste. En effet, j’ai dans un premier temps suivi une formation en Droit à l’Université d’Aix-Marseille où j’ai obtenu une maîtrise en Droit International et Européen. Je me suis ensuite réorientée, pour effectuer un Master 2 Métiers des Archives, des Bibliothèques, de l’Audio-visuel et des Médias, à l’Université de Lettres d’Aix-Marseille. Ce choix a été motivé par ma volonté de travailler dans le milieu culturel.

Pour répondre à quelle mission, quels objectifs dans cette structure?
Le Laboratoire PACTE de Science Po Grenoble m’a engagée dans le cadre du Consortium Archipolis. Quatre missions essentielles m’ont été confiées. Dans un premier temps, il me faudra compléter l’inventaire des enquêtes réalisées depuis 2005, l’inventaire actuel couvrant la partie antérieure à 2005. Il me faudra ensuite prendre contact avec les chercheurs pour collecter l’ensemble des données et métadonnées relatives aux enquêtes retenues. Lorsque cela sera possible j’aurai à traiter physiquement les archives. Autrement dit, les classer et les numériser en vue d’un stockage sur Sharedoc*, en accord avec le chercheur. Pour finir, lorsque la plateforme Dataverse** sera disponible, il me faudra la tester, en y entrant les métadonnées dont nous disposerons.

Quels problèmes/difficultés ou enjeux spécifiques as-tu d’emblée identifié dans ton environnement de travail ?
Le principal enjeu de ma mission est de réaliser un inventaire le plus abouti possible et de laisser à la fin des trois mois de ma mission, des propositions de poursuite. Ce travail ne sera réalisable dans son ensemble qu’avec la participation active des chercheurs. Leur collaboration n’est pas acquise, il me faudra les convaincre du bien fondé du Consortium Archipolis. Cette mission principale doit être réalisée dans un temps imparti relativement court, c’est en cela que se pose la principale difficulté de ma mission.

Quel sera au final ton apport ?
J’espère pouvoir laisser un inventaire le plus complet possible et avoir pris contact avec un maximum de chercheurs concernés par ce projet. Cela permettrait d’avancer plus facilement par la suite dans la collecte, le classement et la numérisation d’enquêtes qualitatives.

Pour contacter Céline : celine.juliard@umrpacte.fr.
logo-pacte  * outil de stockage collaboratif sécurisé proposé par Huma-Num (grille de services)
** entrepôt de données en ligne open source permettant d’exposer le catalogue des enquêtes avec les métadonnées attachées [http://dataverse.org/]

Rencontre annuelle MATE-SHS : collecter, produire, documenter, archiver des données…

Le réseau métier  CNRS Méthodes, Analyses, Enquêtes en SHS (MATE-SHS) organise le jeudi 26 novembre 2015 sa rencontre annuelle, au Collège de France.

La matinée sera consacrée à la vie du réseau et à la future Action Nationale de Formation 2016.

L’après-midi sera consacrée aux « pratiques, moyens et enjeux de la documentation et de l’archivage des données en SHS » avec les interventions de :
– Aurore Cartier (Univ. Paris Descartes), Gérer  les  données  de  la  recherche  :  enjeux,  chalenges  et  perspectives,
Nicolas Larousse (HumaNum), Le service d’archivage de données sur le long terme proposé par la TGIR Huma-Num,
Guillaume Garcia (CDSP, Be-Quali) et Raphaëlle Fleureux-(CMH-Adisp, Progedo), Pourquoi et comment documenter ses données ? – Odile Gaultier Voituriez (Cevipof), Des archives aux données : une expérience concrète au plus près des chercheurs, au Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Le programme complet est disponible ici.

Sauvegardez et mettez à disposition vos enquêtes qualitatives : appel à proposition beQuali

Photo Bernard Corminboeuf (OSC) CC BY-SALe dispositif beQuali propose de redonner une nouvelle vie scientifique aux données qualitatives en sciences sociales. Condamnées souvent à finir leur vie dans un fond de placard, elles peuvent être sauvegardées dans les règles de l’art, numérisées, puis rendues disponibles en ligne à un public autorisé.  Celui-ci peut utiliser ces données dans une perspective scientifique comme pédagogique.

Ce dispositif peut intéresser les chercheurs, les ingénieurs en IST, les responsables de laboratoires…

Le nombre d’enquêtes ainsi traitées chaque année est restreint. Un appel à proposition est donc lancé, du 15 novembre 2015 au 31 janvier 2016.

Il est d’ores et déjà possible de s’inscrire pour être informé de la procédure d’appel, de télécharger le guide du candidat ou de demander des renseignements complémentaires.
Accès à l’appel à proposition sur le site beQuali

bequali

L’analyse secondaire des données qualitatives au Congrès 2015 de l’AFS

C’est en particulier le Réseau Transversal « Méthodes » [RT 20] qui abordera dans sa session 3 la question de la réanalyse des données en sciences sociales.

3 présentations sont proposées :

  • Pour une réanalyse d’un grand corpus d’entretiens : enjeux méthodologiques et questionnements sur le choix des outils et des logiciels ?
    (Stéphanie ABRIAL, Mathieu BRUGIDOU et Annie-Claude SALOMON - PACTE, UMR 5194, CNRS / Université Grenoble Alpes)
  • La réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales. Une “non-méthode” aux enjeux méthodologiques forts
    (Virginie DESCOUTURES, Guillaume GARCIA, Thibaut RIOUFREYT et Karim SOUANEF - CDSP, Sciences Po / CNRS)
  • L’analyse secondaire des enquêtes qualitatives : vers de nouvelles expérimentations ou une normalisation accrue de l’activité de recherche ?
    (Sophie DUCHESNE - ISSP, CNRS / Université Paris Ouest)

Les résumés des interventions sont téléchargeables sur cette page.

Le Congrès de l’Association Française de Sociologie se déroule sur le campus de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines du 29 juin au 2 juillet 2015. Le RT 20 organise ses sessions dans le bâtiment D’Alembert.

Lien vers le site de l’AFS et le programme complet du congrès.

Réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales. Pratiques et enjeux méthodologiques – 5

La 5e séance du Séminaire BeQuali « Réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales. Pratiques et enjeux méthodologiques » se tiendra le jeudi 18 juin 2015 à Sciences Po Paris, 28 rue des Saints-Pères, salle H402, de 10h15 à 12h15.

Pascal Vallet (Centre Max Weber-Université de Saint-Etienne) en est l’invité.

Quels enseignements tirer des archives d’enquête ? Le cas de L’œil à la page une enquête de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach.

Si l’originalité d’un cas réside dans  la configuration de ses agencements  de faits ou de normes, à coup sûr, comme toute enquête, L’œil à la page (Passeron, Grumbach, 1985) est à considérer comme un cas. Or rendre compte d’un cas, c’est à la fois s’intéresser aux conditions de sa production, aux problèmes qu’il pose, et en styliser les contours, par exemple en le considérant comme un modèle c’est-à-dire comme un patron susceptible d’être transformé pour servir de base à de nouvelles descriptions. Enseignant-chercheur, j’ai donc utilisé les archives de L’ œil à la page comme support pédagogique pour problématiser l’enquête et comme modèle ou « patron » pour mes propres travaux. C’est sur cette expérience que reviendra la communication, déclinant quelques-uns des enseignements que j’ai pu en tirer sur la constitution et l’utilisation des instruments de recherche ; sur l’organisation du travail  collectif ; sur la collecte des données ; sur l’administration et la conception de la preuve.

(J.-C. Passeron, M. Grumbach, L’œil à la page : enquête sur les images et les bibliothèques, Paris, Bibliothèque publique d’information, Service des études et de la recherche, 1985)

Il s’agit de la dernière séance de la saison 2014-2015.