Archives de catégorie : Billets

Ouverture du catalogue en ligne Archipolis

p1Depuis quelques jours, il est possible de consulter en ligne le catalogue des enquêtes qualitatives en science du politique, recensées par les unités de recherche membres du consortium Archipolis.

Une nouvelle étape est ainsi franchie dans l’entreprise de sauvegarde de travaux remarquables s’inscrivant dans ce champ de recherche.

Ce nouveau maillon complète la chaine de traitement mise en oeuvre et constituant la « méthode Archipolis » d’archivage raisonné :

  • Recensement des travaux de recherche ayant utilisé des enquêtes qualitatives, dans chaque laboratoire,
  • Dans le cas où du matériau existe,  établissement d’une notice type enrichie d’une cinquantaine de métadonnées permettant d’en qualifier précisément le contenu. Cette notice est intégrée au catalogue consultable en ligne,
  • Mise en œuvre des procédures de conservation des documents : traitement archivistique et stockage dans un lieu adapté.

p2Le catalogue utilise la solution libre « Dataverse » proposant à ce jour près de 65000 jeux de données. Cet outil, développé pour l’Université de Harvard (USA) a été adopté par de nombreuses institutions internationales (DANS néerlandais, Université de Heildergerg…).  Il est spécialisé dans l’exposition, le partage et l’analyse des données de la recherche.

Il propose une navigation par facettes, permettant de rechercher et de trier les résultats par structure, chercheur, mots clés, discipline, couverture géographique ou langage…

Ce catalogue est bâti sur des normes internationales permettant l’échange et le moissonnage des données.

Il recense au 26 septembre 2016 115 enquêtes. Ce nombre sera amené à augmenter au cours des prochains mois.

Chaque notice est dotée d’un identifiant pérenne (DOI). Outre l’identification de l’auteur de l’enquête, sa méthodologie, les repères géographiques et temporels, on y trouve une bibliographie de référence permettant de retrouver les principaux articles et ouvrages ayant exploité les donnéesp4 d’enquête.

Le lieu institutionnel de conservation des documents est mentionné, dans la perspective d’interroger le chercheur, le laboratoire ou le service d’archive dépositaire des archives.

Adresse pour accéder au catalogue : https://catalogues.cdsp.sciences-po.fr/dataverse/archipolis.

Liste des laboratoires participant au lancement du catalogue.

Archipolis en pratique… reportage au CEVIPOF (2)

Emilie Fromont - Archives du Cevipof (Membre du consortium d'Archipolis)
Emilie Fromont – Archives du Cevipof (Membre du consortium Archipolis)

Émilie Fromont a accepté d’évoquer avec nous son contrat de 3 mois passés au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po, pour mettre en œuvre les procédures Archipolis. Nous insisterons donc ici sur la chaine de traitement qui permet de sauvegarder les documents traités dans ce cadre.
Émilie a, lors de son cursus, suivi un master en histoire contemporaine et rédigé un mémoire sur les mobilisations de soutien à Solidarność en France dans les années 80. Elle obtient ensuite un master en archivistique à l’Université de Saint-Quentin-en-Yvelines en 2015.
Sa mission au CEVIPOF est d’appliquer les procédures et d’utiliser les outils définis en commun par les équipes membres du consortium Archipolis.
Ce centre compte aujourd’hui une trentaine de chercheurs et une solide tradition d’enquêtes autour des institutions politiques et des comportements électoraux. Il est structuré en conséquence, avec un important centre de documentation dirigé par Odile Gaultier-Voituriez, plus de 300 mètres linéaires d’archives, un souci de pérennisation des enquêtes et des méthodes de classement. Émilie a donc à sa disposition lorsqu’elle débute sa mission un inventaire exhaustif des travaux menés au CEVIPOF, et des documents conservés dans des conditions correctes d’hygrométrie et de température dans les locaux (Émilie sera d’ailleurs amenée à intervenir pour optimiser ces paramètres). Odile Gaultier-Voituriez a, depuis 2008, rencontré certains chercheurs pour obtenir un minimum de renseignements nécessaires pour décrire les archives des entretiens qualitatifs.
La première étape du travail d’Émilie sera donc l’état des lieux, le contrôle et la mise à jour de l’inventaire établi sur une feuille Excel, avec un premier examen rapide de tous les cartons de formats variés contenant des documents d’enquête. Il faut noter ici la prédominance d’entretiens retranscrits. Cette étape est importante pour prendre la mesure du fonds disponible et se familiariser avec les thématiques et méthodes utilisées par les chercheurs. Concernant l’importance du fonds, on peut estimer à une trentaine le nombre d’enquêtes qui seront traitées grâce à la méthode Archipolis.
Seconde étape, le traitement et le classement. Chaque carton est ouvert, nettoyé de tous les éléments dangereux (élastiques, trombones, agrafes en métal, chemises en plastique, étiquettes, etc.) et remplacé par un contenant adapté : carton Cauchard, chemises en papier neutre, trombones plastiques… L’examen permet de déterminer la logique du classement établi par le chercheur, qui est conservée dans la mesure du possible. A noter qu’un plan de classement Archipolis modèle peut aussi être appliqué si cela s’avère nécessaire. Émilie ajoute à chaque enquête un nouvel élément : une fiche de présentation de l’enquête renseignant 15 métadonnées, permettant de l’identifier et de la contextualiser. Les cartons et dossiers font ensuite l’objet d’une cotation pour permettre leur repérage sous les formes numérique et physique.
Troisième étape : la description. Le CEVIPOF a décidé il y a plusieurs années de produire des instruments de recherche pour les fonds qu’il conserve. Dans le cadre d’Archipolis, ce principe archivistique est repris. Chaque enquête est décrite selon la norme générale et internationale de description archivistique (ISAD(G)). Il s’agit d’un inventaire décrivant le fonds, organisé par chercheur ayant déposé des  enquêtes. On y indique le titre de l’enquête, les dates extrêmes et la bibliographie scientifique produite à partir des entretiens. Depuis peu, un outil de gestion commun à plusieurs centres de recherche dont le CEVIPOF et la Mission Archives de Sciences Po, le logiciel d’archives Ligeo, permet de les traiter en lieu et place d’un traitement de texte. Cet instrument de recherche est aussi édité pour être présenté comme le « répertoire numérique détaillé des enquêtes qualitatives des chercheurs du CEVIPOF ». Il s’agit donc d’un produit qui entre dans le cadre de la quatrième étape du processus : la valorisation.
Dernière étape : la valorisation. Le consortium Archipolis développe un catalogue en ligne des métadonnées servant à la description de chaque enquête. Le niveau de détail est ici supérieur aux documents jusque-là produits dans la chaîne de traitement. L’application Dataverse permet en effet d’exposer une trentaine de métadonnées, dont certaines sont très descriptives : résumé de l’enquête, type d’échantillon enquêté, nom des enquêteurs de terrain, sources de financement, bibliographie exhaustive, etc. Émilie a participé à la sélection des métadonnées pertinentes pour un usage en science politique et en  sociologie et saisi quelques enquêtes pour tester l’application, qui sera mise en service à l’automne 2016. L’inventaire Excel réalisé dans le laboratoire contenait toutes ces informations en prévision du Dataverse.
Pour conclure ce descriptif de la chaîne de traitement Archipolis, il faut ajouter quelques difficultés ou problèmes qui devront être abordés par les membres du consortium dans les prochains mois. On pense aux règles, guides et techniques d’anonymisation des documents, au traitement de données numériques issues de disquettes informatiques ou de supports obsolètes (dans ce cas, le CEVIPOF a prévu un disque dur externe où sont nommés et classés les fichiers récupérés), la conservation des cassettes audio (non écoutées ni numérisées à ce stade, mais conservées en boîtes Cauchard).
Finalement, c’est une expérience formatrice pour Émilie qui fait actuellement profiter de son expérience un autre laboratoire de Sciences Po, le Centre d’études européennes (CEE), dans lequel elle devra rencontrer et questionner les chercheurs. Le fait que plusieurs enquêtes du CEVIPOF aient déjà été retenues par la banque beQuali qui met à disposition en ligne les meilleures enquêtes pour réanalyse est aussi une source de motivation et montre bien l’intérêt de la démarche entreprise par les membres d’Archipolis.

Les méthodes Archipolis appliquées… au CEVIPOF

Odile Gaultier-Voituriez, centre de documentation du CEVIPOF
Odile Gaultier-Voituriez, responsable du centre de documentation du CEVIPOF devant la dernière enquête rangée en boites Cauchard

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) a été créé en 1960 par Jean Touchard sous le nom de Centre d’études de la vie politique française. Il est rattaché à Sciences Po mais également au CNRS depuis 1968 (UMR 7048). Ses travaux portent sur la science politique et la sociologie politique, en particulier les partis politiques, le comportement électoral et la pensée politique. Dans ce cadre, nombre de chercheurs ont été amenés à effectuer des enquêtes et des entretiens de recherche dans le cadre de projets.

Depuis une dizaine d’années, les archives papier et numériques issues de ces enquêtes ont été repérées dans les archives du laboratoire et dans les bureaux des chercheurs et inventoriées, en interne puis dans le cadre du consortium Archives des sciences sociales du politique (Archipolis). Plus de 75 enquêtes sont identifiées. Elles couvrent l’ensemble des années 1960 aux années 2000, soit un demi-siècle, et ont en commun l’objet politique. Elles portent aussi bien sur la politique au sens large – le rapport gauche-droite (Janine Mossuz-Lavau et Étienne Schweisguth, le socialisme (François Subileau, Henri Rey) – que sur des sujets plus précis : l’argent (Janine Mossuz-Lavau), le militantisme (Françoise Subileau, Martine Barthélemy), les jeunes et la politique (Anne Muxel), la CGT (Guy Groux), l’identité masculine (Pascal Perrineau), la gouvernance régionale (Elisabeth Dupoirier), le catholicisme (Jean-Marie Donegani), les parents d’élèves (Martine Barthélemy), les sous-officiers (Françoise Subileau, Étienne Schweisguth, Mariette Sineau), la sexualité (Janine Mossuz-Lavau), l’engagement (Martine Barthélemy), les télécommunications (Thierry Vedel) ou le Grenelle de l’environnement (Daniel Boy). Les documents conservés varient des seuls entretiens, sous forme de notes, de transcriptions – papier ou numériques – ou d’enregistrements audios, à l’ensemble du dossier contenant le projet et le contrat de recherche, les notes préparatoires, la documentation et les publications. Les entretiens sont la plupart du temps semi-directifs. Un travail est en cours pour aboutir à un classement et un inventaire plus fins.
Certaines enquêtes ont pu être numérisées et mises à disposition via la banque d’enquêtes BeQuali. Il s’agit de celle de Jean-Marie Donegani, Guy Michelat et Michel Simon sur « la représentation du champ social, attitudes politiques et changements socio-économiques »  (1977-1981) qui a donné lieu à un rapport pour le Comité d’organisation des recherches appliquées sur le développement économique et social (CORDES). L’enquête d’Étienne Schweisguth sur les Français et la politique (1982-1988) est aussi disponible sur BeQuali. Les entretiens de Mariette Sineau portant sur les femmes en politique dans les années 80 seront bientôt mis en ligne.

Odile Gaultier-Voituriez
3 Mars 2016

Archiver les enquêtes qualitatives : cas concrets (1)

Nous avons rencontré Céline Julliard, récemment recrutée par le laboratoire PACTE (UMR 5194) pour une durée de 3 mois.

celine_juliardIntitulé de son poste : archiviste, pour intervenir dans le cadre du Consortium Archipolis.

Elle vient renforcer les personnels en place (chercheurs en science politique, ingénieurs, documentalistes), en se consacrant à plein temps aux tâches qui lui seront confiées. Une manière de faire avancer significativement et rapidement les choses…

Quelle est ta formation, quel cursus as-tu suivi ?
On peut dire que j’ai un eu un parcours plutôt atypique pour une archiviste. En effet, j’ai dans un premier temps suivi une formation en Droit à l’Université d’Aix-Marseille où j’ai obtenu une maîtrise en Droit International et Européen. Je me suis ensuite réorientée, pour effectuer un Master 2 Métiers des Archives, des Bibliothèques, de l’Audio-visuel et des Médias, à l’Université de Lettres d’Aix-Marseille. Ce choix a été motivé par ma volonté de travailler dans le milieu culturel.

Pour répondre à quelle mission, quels objectifs dans cette structure?
Le Laboratoire PACTE de Science Po Grenoble m’a engagée dans le cadre du Consortium Archipolis. Quatre missions essentielles m’ont été confiées. Dans un premier temps, il me faudra compléter l’inventaire des enquêtes réalisées depuis 2005, l’inventaire actuel couvrant la partie antérieure à 2005. Il me faudra ensuite prendre contact avec les chercheurs pour collecter l’ensemble des données et métadonnées relatives aux enquêtes retenues. Lorsque cela sera possible j’aurai à traiter physiquement les archives. Autrement dit, les classer et les numériser en vue d’un stockage sur Sharedoc*, en accord avec le chercheur. Pour finir, lorsque la plateforme Dataverse** sera disponible, il me faudra la tester, en y entrant les métadonnées dont nous disposerons.

Quels problèmes/difficultés ou enjeux spécifiques as-tu d’emblée identifié dans ton environnement de travail ?
Le principal enjeu de ma mission est de réaliser un inventaire le plus abouti possible et de laisser à la fin des trois mois de ma mission, des propositions de poursuite. Ce travail ne sera réalisable dans son ensemble qu’avec la participation active des chercheurs. Leur collaboration n’est pas acquise, il me faudra les convaincre du bien fondé du Consortium Archipolis. Cette mission principale doit être réalisée dans un temps imparti relativement court, c’est en cela que se pose la principale difficulté de ma mission.

Quel sera au final ton apport ?
J’espère pouvoir laisser un inventaire le plus complet possible et avoir pris contact avec un maximum de chercheurs concernés par ce projet. Cela permettrait d’avancer plus facilement par la suite dans la collecte, le classement et la numérisation d’enquêtes qualitatives.

Pour contacter Céline : celine.juliard@umrpacte.fr.
logo-pacte  * outil de stockage collaboratif sécurisé proposé par Huma-Num (grille de services)
** entrepôt de données en ligne open source permettant d’exposer le catalogue des enquêtes avec les métadonnées attachées [http://dataverse.org/]

Rencontre annuelle MATE-SHS : collecter, produire, documenter, archiver des données…

Le réseau métier  CNRS Méthodes, Analyses, Enquêtes en SHS (MATE-SHS) organise le jeudi 26 novembre 2015 sa rencontre annuelle, au Collège de France.

La matinée sera consacrée à la vie du réseau et à la future Action Nationale de Formation 2016.

L’après-midi sera consacrée aux « pratiques, moyens et enjeux de la documentation et de l’archivage des données en SHS » avec les interventions de :
– Aurore Cartier (Univ. Paris Descartes), Gérer  les  données  de  la  recherche  :  enjeux,  chalenges  et  perspectives,
Nicolas Larousse (HumaNum), Le service d’archivage de données sur le long terme proposé par la TGIR Huma-Num,
Guillaume Garcia (CDSP, Be-Quali) et Raphaëlle Fleureux-(CMH-Adisp, Progedo), Pourquoi et comment documenter ses données ? – Odile Gaultier Voituriez (Cevipof), Des archives aux données : une expérience concrète au plus près des chercheurs, au Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Le programme complet est disponible ici.

Sauvegardez et mettez à disposition vos enquêtes qualitatives : appel à proposition beQuali

Photo Bernard Corminboeuf (OSC) CC BY-SALe dispositif beQuali propose de redonner une nouvelle vie scientifique aux données qualitatives en sciences sociales. Condamnées souvent à finir leur vie dans un fond de placard, elles peuvent être sauvegardées dans les règles de l’art, numérisées, puis rendues disponibles en ligne à un public autorisé.  Celui-ci peut utiliser ces données dans une perspective scientifique comme pédagogique.

Ce dispositif peut intéresser les chercheurs, les ingénieurs en IST, les responsables de laboratoires…

Le nombre d’enquêtes ainsi traitées chaque année est restreint. Un appel à proposition est donc lancé, du 15 novembre 2015 au 31 janvier 2016.

Il est d’ores et déjà possible de s’inscrire pour être informé de la procédure d’appel, de télécharger le guide du candidat ou de demander des renseignements complémentaires.
Accès à l’appel à proposition sur le site beQuali

bequali

Réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales. Pratiques et enjeux méthodologiques – 5

La 5e séance du Séminaire BeQuali « Réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales. Pratiques et enjeux méthodologiques » se tiendra le jeudi 18 juin 2015 à Sciences Po Paris, 28 rue des Saints-Pères, salle H402, de 10h15 à 12h15.

Pascal Vallet (Centre Max Weber-Université de Saint-Etienne) en est l’invité.

Quels enseignements tirer des archives d’enquête ? Le cas de L’œil à la page une enquête de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach.

Si l’originalité d’un cas réside dans  la configuration de ses agencements  de faits ou de normes, à coup sûr, comme toute enquête, L’œil à la page (Passeron, Grumbach, 1985) est à considérer comme un cas. Or rendre compte d’un cas, c’est à la fois s’intéresser aux conditions de sa production, aux problèmes qu’il pose, et en styliser les contours, par exemple en le considérant comme un modèle c’est-à-dire comme un patron susceptible d’être transformé pour servir de base à de nouvelles descriptions. Enseignant-chercheur, j’ai donc utilisé les archives de L’ œil à la page comme support pédagogique pour problématiser l’enquête et comme modèle ou « patron » pour mes propres travaux. C’est sur cette expérience que reviendra la communication, déclinant quelques-uns des enseignements que j’ai pu en tirer sur la constitution et l’utilisation des instruments de recherche ; sur l’organisation du travail  collectif ; sur la collecte des données ; sur l’administration et la conception de la preuve.

(J.-C. Passeron, M. Grumbach, L’œil à la page : enquête sur les images et les bibliothèques, Paris, Bibliothèque publique d’information, Service des études et de la recherche, 1985)

Il s’agit de la dernière séance de la saison 2014-2015.

 

 

 

Faire de la sociologie autrement…

Séminaire beQuali
Faire de la sociologie autrement.
Abdelmalek Sayad et les usages des enquêtes en temporalité et champs différés

Séance 4 – Jeudi 21 mai 2015 de 10h15 à 12h15 – Paris, Boulevard Saint-Germain, salle K720 (métro Odéon)

Séance animée par Amin Perez (IRIS-EHESS), docteur en sociologie.

Les fonds d’archives de chercheurs en sciences sociales offrent des sources inédites pour une lecture plus fine de leurs travaux. Leurs consultations permettent de suivre pas à pas les intentions d’un travail, les va et vient d’une recherche, la restitution des enquêtes abouties ou inachevées, voire leurs possibles usages dans d’autres temps et lieux.
En partant de l’analyse du parcours et des travaux du sociologue algérien Abdelmalek Sayad, cette présentation se propose d’élucider ce qui se jouait constamment pour le chercheur dans la production et l’utilisation de ses enquêtes. D’une part, il est question d’examiner le devenir migrant de cet intellectuel algérien à travers l’analyse des événements biographiques qui ont marqué sa sociologie et réorienté sa manière de la pratiquer. D’autre part, de comprendre les transformations survenues au cours d’une même recherche (depuis les premières hypothèses jusqu’à la mise en récit), voire les usages des enquêtes inédites, en fonction des différents contextes politiques et rapports de rivalité dans les champs intellectuels entre la France et l’Algérie. Enfin, de restituer les fluctuations et espaces d’autonomie possibles de sa sociologie de l’immigration, qui migre dans les années 1970 entre l’expertise, la sociologie critique et la sociologie publique conçue comme la transmission du savoir au-delà des pairs.

Source : site beQuali

Séminaire beQuali Réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales

Séminaire beQuali
Réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales.
Pratiques et enjeux méthodologiques

Séance 3 – Vendredi 17 avril 2015 de 10h15 à 12h15 – Paris, Boulevard Saint-Germain, salle K720 (métro Odéon)

« Enquêter sur des enquêtes passées : une réflexion sociologique » – Gwenaële Rot (CSO-Sciences Po),  François Vatin (IDHES-Université Paris Ouest).

Suggestion de lecture : Rot Gwenaële, Vatin François, « L’enquête des Gaston ou les sociologues au travail », Actes de la recherche en sciences sociales 5/2008 (n° 175) , p. 62-81 (disponible sur CAIRN).