L’histoire d’ArchiPolis

Prolégomènes – 2012 / 2014

Tout part d’un constat : la France a pris un retard important en matière d’archivage et de réutilisation des données d’enquêtes qualitatives en science politique ou plus largement, en sciences sociales du politique ; cette démarche reste encore marginale au regard de ce qui se fait chez les quantitativistes d’une part, ou de ce qui commence à se faire pour les données qualitatives dans d’autres domaines disciplinaires proches (linguistique mais aussi ethnographie, histoire orale, etc.).

Conformément à la logique d’organisation des consortiums HUMA-NUM (ex. TGE Adonis), le consortium ArchiPolis vise à couvrir la science politique en tant que discipline institutionnalisée – notamment par le découpage mis en œuvre dans les sections du CNU et du CoNRS. Mais le fondement scientifique de ce découpage fait l’objet de nombreux débats au sein de la discipline. Aussi le consortium est-il d’abord intitulé « Archives des sciences sociales du politique », conformément à une terminologie plus inclusive, avec pour mission d’archiver les recherches engagées à l’interface des sciences sociales et portant sur les différentes composantes de l’objet politique.

Plusieurs dizaines de laboratoires (UMR et EA) en science politique et sociologie notamment, sont susceptibles d’être concernés.

Les équipes fondatrices du consortium, labellisé en novembre 2012, étaient l’ISP (UMR 7220), le CDSP (UMS 828), le CEE (UMR 8239), PACTE (UMR 5194), Triangle (UMR 5206), le CED (UMR 5116) et le CERAPS (UMR 8026). Elles ont été ensuite rejointes par le CEVIPOF (UMR 7048) l’OSC (UMR 7049) et le CSO (UMR 7116). La coordination a été assurée jusqu’en juillet 2014 par Sophie Duchesne.

Étant donné la démographie de ces disciplines, il était urgent de mettre en œuvre un travail d’inventaire et de conservation, sous peine de voir totalement disparaître un patrimoine essentiel tant pour l’histoire des sciences sociales françaises que pour l’analyse sociologique des transformations politiques survenues depuis le xxe siècle. La réorganisation permanente de l’enseignement supérieur et de la recherche en France accentue cette urgence, tant les regroupements et les déménagements qui les accompagnent mettent en danger la préservation des enquêtes et des archives scientifiques.

La mission principale du consortium consiste à développer une stratégie collective d’inventaire, de collecte, de conservation – grâce à la numérisation, pour les enquêtes plus anciennes, qui n’ont pas été saisies en format numérique – et de documentation des enquêtes de terrain réalisées par des politistes, des sociologues et autres chercheurs en sciences sociales intéressés par l’objet politique. Il s’agit de rendre ces enquêtes intelligibles grâce à une documentation et une mise en contexte conséquentes. L’objectif est en effet d’éviter l’appauvrissement, voire le dévoiement du travail de recherche que pourrait entrainer la conservation et la mise à disposition de données sorties de leur contexte.

Il s’agit de faire en sorte que chaque équipe de recherche soit en mesure de procéder à un inventaire raisonné des enquêtes intéressantes produites par des chercheurs de l’équipe, à l’aide d’outils et de procédures reconnues, validées issues de guidelines techniques et déontologiques, d’échanges d’expérience et d’accompagnement.

Le consortium s’est aussi donné pour mission d’animer la discussion sur les objectifs, les risques et les limites de l’archivage, dans le but de convaincre le plus grand nombre d’équipes et de collègues à participer. Il se dote de structures propres à organiser la réalisation collaborative et la diffusion d’un guide de bonnes pratiques destiné à encourager et à faciliter l’archivage des enquêtes. Il s’agit ici de prolonger et de spécifier des initiatives existantes au niveau national et international en les adaptant aux pratiques de recherche spécifiques aux communautés scientifiques concernées.

Le travail du consortium est mené en collaboration avec les réseaux d’archivistes des universités et établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Enfin, le consortium met en place des actions de sensibilisation à la conservation des enquêtes passées (pré-classement, conservation préventive, format des documents nativement numériques…), actuelles et futures auprès de la communauté scientifique au sens large, c’est-à-dire au-delà des équipes et des chercheurs, auprès des instances professionnelles, des instances de formation à la recherche (comme les écoles doctorales), mais aussi des instances de financement de la recherche sur projets.

Consulter la contribution d’archiPolis au carnet hypothèses.org des consortiums : http://humanum.hypotheses.org/147

Archipolis aujourd’hui

L’objectif premier du Consortium est précisé : proposer un outil commun d’inventaire des enquêtes qualitatives, accompagné des méthodes et bonnes pratiques d’inventaire et d’archivage et d’une sensibilisation des acteurs scientifiques à ces démarches.

Plusieurs étapes et processus sont ainsi définis : repérage des données, classement et enrichissement documentaire des enquêtes, saisie en ligne des métadonnées sur une base de données centrale,  mise en place d’inventaires continus, formation des personnels de la recherche en amont, partage d’expériences avec d’autres laboratoires et consortiums…

Le Consortium a renforcé son organisation et son mode de gouvernance (comité de pilotage, bureau exécutif, coordinateur scientifique) ainsi que ses liens avec la Banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales beQuali (représentants au Comité Scientifique et Technique).

Le CDSP, Centre de données socio-politiques de Sciences Po assure depuis 2014 le portage et l’administration du Consortium.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *