Archipolis ?

ArchiPolis est un réseau d’équipes associant au 1er mars 2017 8 laboratoires : le CDSP (porteur), le CEE, le Ceraps, le CSO, Pacte, le CEVIPOF, l’OSC, ainsi que Triangle. (le Centre Émile-Durkheim était associé jusqu’en 2017).

Archipolis a été labellisé par la TGIR Huma Num entre 2012 et 2016.

Partir d’un constat
La richesse des corpus qualitatifs en sciences sociales est mise à mal par l’absence du souci de leur préservation, dans un contexte de « révolution numérique ».
Partant de ce constat, des laboratoires se sont réunis pour réfléchir, expérimenter et apporter des solutions aux personnels de recherche.
Les enquêtes portant sur l’objet du politique défini au sens large – vie politique et questions de société faisant l’objet d’un débat ou d’une politique publique – ont été choisi comme premiers matériaux d’expérimentation.

Créer une boite à outils partagée
Ce consortium  a pour objectifs d’offrir aux personnels de recherche une méthodologie, des outils communs d’archivage raisonné des enquêtes qualitatives et l’implantation de ces procédures dans les laboratoires.

Recenser et rendre visible les travaux empiriques
Il vise ainsi à la création et à l’alimentation de bases de données numériques interopérables qui inventorient les enquêtes qualitatives, au-delà de la vie du consortium. Dans ce but, une application de recensement ad hoc est testée. Elle vise à  décrire les enquêtes par un même ensemble d’informations et de métadonnées. Cette application donnera de la visibilité aux productions empiriques qualitatives de chaque laboratoire : les informations sur les enquêtes qu’elle contient (objet de l’enquête problématique et contexte, méthodologie suivie, publications, etc.)  pourront être consultées par toute la communauté scientifique.

Préserver le patrimoine de recherche
Avec l’accord explicite du chercheur, Archipolis offre aux laboratoires et aux services d’archivage des institutions dont ils dépendent un processus de préservation raisonnée des données numérique ou papier et des métadonnées d’une enquête, dans un but exclusif de sauvegarde patrimoniale.
La « méthode Archipolis » de repérage, d’inventaire et de préservation raisonnée permet donc de constituer un gisement de données qualitatives, et donc d’accompagner les laboratoires ayant ou non des services d’archive à proximité.

Au-delà d’Archipolis…
Certaines enquêtes recensées par Archipolis peuvent être accessibles à la communauté scientifique à des fins de réutilisations scientifiques ou pédagogiques. Cette mise à disposition relève de la mission de beQuali, la banque d’enquête qualitatives en sciences sociales de l’Equipex Dime-SHS.  L’entrée d’une enquête dans son catalogue est conditionné à l’accord explicite du chercheur et à son évaluation par le Comité Scientifique et Technique. Pour faciliter l’interopérabilité entre ces deux structures d’archivage numérique, les critères d’inventaires et de conservation des données empiriques d’Archipolis sont identiques ou du moins compatibles avec ceux de beQuali.
Les outils et méthodes mises au point par Archipolis ont vocation à être utilisés par toutes les équipes en sciences sociales produisant des enquêtes qualitatives.
L’appropriation de la « méthode Archipolis » par les acteurs de la recherche à toutes les étapes de leurs projets scientifiques, aidera à répondre aux exigences formulées par les financeurs notamment en matière de plan de gestion des données., d’anonymisation ou de propriété intellectuelle.

Dernière modification : 6 juillet 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *