Réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales. Pratiques et enjeux méthodologiques – 5

La 5e séance du Séminaire BeQuali « Réutilisation d’enquêtes qualitatives en sciences sociales. Pratiques et enjeux méthodologiques » se tiendra le jeudi 18 juin 2015 à Sciences Po Paris, 28 rue des Saints-Pères, salle H402, de 10h15 à 12h15.

Pascal Vallet (Centre Max Weber-Université de Saint-Etienne) en est l’invité.

Quels enseignements tirer des archives d’enquête ? Le cas de L’œil à la page une enquête de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach.

Si l’originalité d’un cas réside dans  la configuration de ses agencements  de faits ou de normes, à coup sûr, comme toute enquête, L’œil à la page (Passeron, Grumbach, 1985) est à considérer comme un cas. Or rendre compte d’un cas, c’est à la fois s’intéresser aux conditions de sa production, aux problèmes qu’il pose, et en styliser les contours, par exemple en le considérant comme un modèle c’est-à-dire comme un patron susceptible d’être transformé pour servir de base à de nouvelles descriptions. Enseignant-chercheur, j’ai donc utilisé les archives de L’ œil à la page comme support pédagogique pour problématiser l’enquête et comme modèle ou « patron » pour mes propres travaux. C’est sur cette expérience que reviendra la communication, déclinant quelques-uns des enseignements que j’ai pu en tirer sur la constitution et l’utilisation des instruments de recherche ; sur l’organisation du travail  collectif ; sur la collecte des données ; sur l’administration et la conception de la preuve.

(J.-C. Passeron, M. Grumbach, L’œil à la page : enquête sur les images et les bibliothèques, Paris, Bibliothèque publique d’information, Service des études et de la recherche, 1985)

Il s’agit de la dernière séance de la saison 2014-2015.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *